Rendez vos terres fertiles pour cultiver votre meilleur avenir !

C’est en découvrant cette belle pensée d’Antoine de Saint-Exupéry que m’est venue l’idée de cet article.

Mon cerveau de profession libérale surbookée a tout de suite rejeté l’idée en première intention. « Comment ça? Si je ne prévois pas minutieusement mes rendez-vous de la semaine, mon avenir va être une vraie galère ! Et si j’oublie de prévoir mon rendez-vous chez le coiffeur, je ne ressemblerai vite à rien! Et j’aurais l’air maline en arrivant à la salle de sport sans avoir prévu une tenue adaptée ! »

Bref, cette déferlante cérébrale terminée, j’ai entrevu l’idée qu’Antoine de Saint Exupery se souciait sûrement moins de ma gestion d’emploi du temps que d’autre chose. J’ai relu. Et effectivement, c’est de mon avenir qu’il s’agissait. Mais pas de l’avenir à court terme de la manager d’emploi du temps qui s’emploie à trouver de la place pour chaque client sans le faire attendre 2 mois, ni celui de la femme active de près de 50 ans qui souhaite rester pimpante !

Il me semble qu’Antoine de Saint-Exupéry parle ici de l’avenir qui me mènera sur mon lit de mort sans regret, sans l’horrible sensation d’avoir gâché ma vie en me focalisant uniquement dans la gestion d’un quotidien parfois bien compliqué.

Une fois cette idée acquise, impossible pour moi d’en rester là. Finalement, Antoine de Saint-Exupery vient sans le savoir de lâcher une bombe dans mon organisation mentale.

Je crois comprendre que prévoir veut dire « mettre le futur sous contrôle « , le planifier, imaginer dans les moindres détails ce que je veux qu’il soit et me fabriquer des obligations rarement fondées sur des éléments rationnels mais totalement assujetties au monde de l’émotionnel qui a finalement très peur. L’humain a fondamentalement peur.

Prévoir mes actions en fonction de ce que les autres semblent vouloir pour soit disant faire que tout se passe bien….. N’avez-vous jamais remarqué que c’est toujours avec le plus râleur, le moins compréhensible et le plus borderline que l’on prévoit au mieux sa manière de faire et de s’exprimer, envoyant inconsciemment illico presto au diable le gentil et le compréhensif dont on ne craint pas d’affronts. Et ce, même si c’est souvent ce « gentil » avec qui on préférerait échanger et passer du temps. N’est-ce pas le meilleur moyen de ne s’attirer dans sa vie que des enquiquineurs stériles et d’éloigner ceux qui valent vraiment la peine de les faire entrer dans notre vie.

Idem avec les situations « à risques » ou les moins agréables. On prévoit toujours plus de temps, de disponibilité pour gérer les ennuis et les activités où les autres mettent une pression sur nos résultats aux dépens des situations agréables et relaxantes pour lesquelles on n’est seulement disponible par défaut… c’est à dire, quand plus rien ne nous en empêche. Voilà encore une manière de prévoir un avenir rempli d’ennuis au lieu de plaisir.

Ce sur quoi on se concentre rempli notre vie.

Ne serait-ce pas une forme d’immaturité face à la vie qui aurait tant de choses à m’offrir si j’arrêtais de tout prévoir en organisant à l’avance mon destin en sautant d’obligations en obligations et de gestion de caprices en gestion de caprices?

Oui, j’ai besoin d’un cadre et d’une structure spacio-temporelle pour fixer des points de rencontre avec les autres. Mais finalement, l’avenir va bien au delà de ça. L’avenir je ne le veux pas débordant de tous les autres. Je ne le veux pas rempli de toutes les relations possibles et imaginables. Je le souhaite rempli de relations heureuses et enrichissantes.

Prévoir mes rendez-vous me permet de fragmenter mon temps en petits morceaux pour répondre aux demandes de plus de personnes possibles. Je peux faire plaisir au plus grand nombre et j’obtiens la satisfaction personnelle d’avoir beaucoup de clients et d’être une professionnelle recherchée, reconnue et appréciée pour sa disponibilité. Ok, mais est-ce que c’est ce que je veux vraiment ?

Rendre possible l’avenir ne serait il pas plutôt me permettre, m’autoriser, me donner les moyens de remplir mon planning de clients qui comptent vraiment pour moi? De rendez-vous avec des personnes qui partagent pleinement mes valeurs professionnelles, des personnes qui veulent vraiment faire une démarche de soin avec moi et qui s’engagent sérieusement de tout leur cœur dans le processus thérapeutique.

De la même manière, pourquoi serais-je obligée de prévoir des interactions d’ordre privé pour satisfaire par habitude des proches issus de mon passé au lieu de laisser la place à de nouvelles personnes qui correspondent bien mieux aux échanges et aux activités dont je souhaite pourvoir mon avenir ? La prévision ne tient pas compte de ce paramètre. La prévision me donne la capacité de gérer ce qui est déjà dans ma vie. Pas de rendre possible un avenir différent. Pas d’orienter mes choix vers ce que je veux vraiment.

Ça c’est un avenir qui me plairait plus. Un avenir riche d’expériences professionnelles et privées enrichissantes et dynamisantes. La seule gestion de planning ne peut pas m’apporter cela. La prévision de mon emploi du temps m’apporte des patients engagés, certes, mais également un lot considérable de personnes qui ne viennent pas sans prévenir ou qui attendent tout de moi pour aller mieux sans vouloir faire le moindre effort pour changer les stratégies qu’ils utilisent depuis longtemps et qui les ont mené à l’état douloureux et au mal-être dans lequel ils se trouvent maintenant.

Prévoir l’avenir, vu sous cet angle est à mon sens limitant et source de déception. Une forme de perfectionnisme. Le perfectionnisme des gens qui veulent satisfaire tout le monde sauf leur âme. Cette âme qui est venue au monde pour expérimenter le bonheur d’être ce qu’elle est. Libre d’être pleinement épanouie et non angoissée chaque jour d’expérimenter la satisfaction des autres pour ce qu’elle n’est pas.

En fait, prévoir son avenir c’est finalement assez simple. On s’organise pour satisfaire son petit ego qui veut entendre « je suis quelqu’un de gentil, je suis capable d’éviter les conflits, je suis capable de montrer à ceux qui pourraient émotionnellement déborder que je suis quelqu’un de bien et que je fais ce qu’il faut pour qu’ils puissent se sentir gagnant  »

Au final, c’est moi qui suis perdante car à prévoir sans tenir compte de ma vision idéale « de mon avenir le plus beau », je passe mon temps à faciliter le présent d’autrui en niant que de facto je pourris mon avenir. Et quelque part, je m’abandonne à une sorte de fainéantise immédiate en écrasant l’idée que la douleur des regrets est bien plus forte que la douleur de l’effort dans l’instant.

Et oui, pour en revenir à cette phrase de Saint-Exupery, « rendre possible  » un avenir choisi demande de l’effort à chaque instant.

Tout d’abord l’effort de réfléchir à ce que l’on veut vraiment faire entrer dans sa vie. Ensuite, l’effort de faire les choix qui nous mènent à la création potentielle de cet avenir, même si nos relations nous poussent vers autre chose, et l’effort d’agir en pensées et en actions pour ouvrir le champ à cet avenir désiré.

Rendre possible l’avenir demande un effort, car c’est une succession de choix que l’on doit poser et tenir. C’est un acte personnel, une démarche interne qui va vers la création dans la réalité de quelque chose qui nous anime. Rendre possible l’avenir, ce n’est pas laisser les autres, les situations, la météo et l’humeur du poisson rouge décider pour nous. C’est une profession de foi envers la vie qui nous a créée et non la flemingite aiguë de l’immature qui attend que les autres décident pour lui ce qui semble nécessaire de faire.

Les gens qui manquent de confiance en eux cherchent à contrôler l’avenir car ils n’ont pas la certitude qu’ils seront efficaces dans l’improvisation. Ils sont en panne de créativité. Ils cherchent à s’adapter à ceux qui forment leur clan pour s’assurer qu’ils n’en seront pas bannis. Ils vivent en fonction de ce qui les mène à ce faux sentiment de paix, cette paix relative car aliénée à la négation de qui ils sont vraiment, de leurs rêves, de leur vérité. C’est une prison car seul « rendre l’avenir choisi possible  » apporte la vraie liberté. La liberté d’être soi, la liberté de choix, la liberté de vivre.

« Rendre possible  » c’est ouvrir des fenêtres sur des opportunités que l’on souhaite vivre pour ne pas avoir de regrets et se dire un jour « j’ai laissé passer ma chance ». C’est se donner la liberté de se créer des moments ou des expériences. C’est se positionner dans le présent pour rendre les choses faisables.

C’est de l’anticipation pas de la prévision. Je mange sain maintenant pour anticiper mon vieillissement dans les meilleures conditions possibles. Donc je rend possible un avenir sans trop de douleur. Je ne fais pas la prévision qu’il sera ainsi, mais j’augmente largement les probabilités du possible.

Il n’y a pas de prévisions mais uniquement des choix à faire quand on veut rendre quelque chose possible

Si ma vision d’avenir idéal contient le besoin d’être en paix, le prévoir ne sert à rien. Le rendre possible, c’est couper tout contact rapproché avec ceux qui sont réputés pour semer la zizanie. Ceux qui sont sujets à l’immaturité émotionnelle, qui sont dans l’incapacité de gérer leurs émotions ou qui adoptent des comportements qui ne correspondent pas à mes valeurs d’harmonie. Et c’est travailler à grandir, à apprendre à gérer mes émotions, à faire en sorte de devenir une personne agréable et sereine en toute situation.

Si ma vision de l’avenir idéal passe par la construction d’une relation amoureuse solide, il m’appartient de devenir une femme capable d’aimer l’autre, de lui apporter toute l’affection, la reconnaissance et le soutien physique, émotionnel et mental qu’il mérite, de lui ouvrir les portes de ma vie et de mon emploi du temps. Tout comme il m’appartient de prendre soin de moi, de mes rêves et de mes propres objectifs pour ne pas lui faire porter le poids de mon bonheur. C’est à dire qu’il m’appartient de rendre cet avenir possible, de créer dès maintenant le terrain fertile d’une vie amoureuse solide pour l’attirer dans ma vie. Ça veut dire aussi, rester fidèle à mes valeurs et être sélective pour choisir un homme en qui je peux avoir confiance pour faire également de son mieux pour rendre cet idéal de relation possible.

Qui peut croire qu’on peut avoir un avenir amoureux stable et heureux avec une personne qui n’a pas su pendant son célibat préparer le terrain fertile à une relation harmonieuse ?

Si je souhaite une vie professionnelle enrichissante et passionnante, c’est à moi de la rendre possible en devenant une personne pro-active, confiante en ses capacités et ne laissant pas à la destinée le choix de lui donner de la reconnaissance ou non de la part de ses clients ou de son patron. Je ne peux rendre mon avenir professionnel heureux qu’en créant en moi le terrain de l’employé heureux, ou du patron charismatique.

Créer un terrain fertile, rendre l’Avenir possible avec un grand A, c’est faire le choix de développer ses connaissances de soi, de l’humain, des relations, de parfaire ses compétences sans attendre que les autres nous y invitent. Sans attendre les ultimatums. Sans attendre de ne plus avoir le choix.

De facto, quand on adopte l’état d’esprit de ceux qui rendent possible un avenir meilleur, on n’a de cesse de cultiver un terrain fertile pour toutes les belles choses que l’on souhaite vivre. On se prend en main, on se surprend à rêver en couleur et on devient moins tolérants pour les éternelles victimes qui ont fait le choix de ne surtout pas choisir.

Et vous? Que vous inspire cette phrase de Saint-Exupéry ?

Le training émotionnel des gens heureux.

On ne peut pas choisir d’accéder à la maturité physique! La vie se charge de notre corps qui passe de l’enfance à la vieillesse quoi qu’on fasse.

En revanche, on a un choix disponible dans l’existence! L’option « être heureux ». Parce que le bonheur est avant tout un état d’esprit. C’est l’état d’esprit de la maturité émotionnelle!

L’immaturité émotionnelle apporte le chaos pour soi et pour les autres. La maturité émotionnelle n’est pas innée. Elle demande de l’entraînement et surtout l’envie de se créer une vie géniale!

Voici le training émotionnel des gens heureux en 5 points :

  • Créer en soi (par la pensée) et autour de soi (par la parole) une atmosphère positive et attirante.

Les personnes qui ont une attitude émotionnelle positive démontrent un certain charisme qui leur apporte en retour beaucoup de satisfactions. Le fait de devenir une personne qui crée une atmosphère agréable et légère a un fort pouvoir d’attraction et ouvre beaucoup de portes dans le quotidien. Aider les autres à vivre une expérience positive dans une situation où ils s’attendent à vivre de l’inconfort permet de leur offrir une expérience unique et précieuse. Elles allègent le quotidien de ceux qui les entourent, n’augmentent pas leur stress et apportent du soutien à leur entourage sans avoir à s’épuiser pour les aider.

  • Toujours commencer une interaction avec autrui en ayant un sentiment de sympathie envers lui.

Chacun songe à lui même du matin jusqu’au soir, au travail qu’il a à faire, aux rendez-vous qu’il doit honorer, à ses comptes, à ce qu’il va manger, à ses enfants dont il doit s’occuper. Personne n’a envie au milieu de sa journée de rencontrer quelqu’un qui est désagréable avec lui, qui lui fait perdre son temps et qui le péjore. Avoir un sentiment de sympathie pour autrui, c’est lui montrer de l’intérêt et une admiration sincère et s’adresser à lui avec le sourire. Si c’est impossible de ressentir cette sympathie dans l’échange potentiel qui se présente, il vaut mieux esquiver plutôt que de blesser ou d’indisposer l’autre. Si non, le retour de flamme est cuisant et laisse en soi un sentiment amer et désagréable.

  • Comprendre l’autre avant de chercher à être compris.

La plupart du temps chacun veut seulement se sentir compris et apprécié. Chacun est focalisé sur son programme personnel, sa vision des choses et ce qu’il souhaite obtenir. Quand deux personnes se rencontrent, chacun veut obtenir la compréhension de l’autre et lui faire passer son propre message. Quand les deux s’entendent car leurs programmes personnels se rejoignent, le dialogue et la compréhension réciproque s’installent facilement. Bien souvent, et c’est spécialement le cas entre les hommes et les femmes, entre le patron et ses employés, entre les parents et les enfants, entre le prof et son élève, les programmes personnels entre les deux divergent. L’un ne comprend pas l’autre et cherche à imposer son point de vue sans vraiment se mettre à la place de celui qui est en face de lui. Dialogue de sourd, envie de convaincre, haussement de ton, colère et frustration sont au rendez-vous. C’est le rapport de force et les jeux de pouvoir qui s’installent.  En fait, comme lorsqu’on est au volant sur la route, il faut savoir parfois céder sa priorité pour dégager le carrefour et redonner de la fluidité à la circulation. Avant de vouloir faire passer son message en priorité, il est bon de prendre le temps de se mettre à la place de l’autre, de lui poser des questions pour essayer de comprendre son point de vue, et de reconnaître en soi si il existe quelques points de convergences avec notre propre point de vue qui peuvent servir de base au dialogue. C’est extrêmement générateur de bien-être quand on vit des relations où chacun se sent gagnant, où chacun éprouve le sentiment que l’échange a du sens.

  • Être flexible.

Être flexible c’est sortir de la croyance « mon bonheur ne dépend que de la manière dont les choses se passent. » La vie n’est pas faite d’extrêmes. Entre le noir et le blanc, le chaud et le froid, le soleil et la pluie, le doux et le dur, il existe quelques nuances. Et c’est seulement parce qu’on a la connaissance du noir ET du blanc, du froid ET du chaud, du temps caniculaire ET du temps de Toussaint, qu’on peut évaluer ce qui se présente à nous. Envisager les deux possibilités « acceptation » et « refus » permet de connaître la notion de « s’accorder avec l’autre ou la situation ». Pleurer pour quémander un accord arraché de force à autrui n’apporte aucune satisfaction. En revanche, accepter le refus tel qu’il est, permet de rebondir pour proposer autre chose plus acceptable pour l’autre et pour soi ou pour trouver une autre solution par soi-même, sans l’autre. C’est accepter que le ciel ne s’écroule pas à chaque fois que le vent ne va pas dans la direction souhaitée. On s’adapte et on patiente. Etre flexible, ce n’est pas accepter tout et n’importe quoi. C’est rester fidèle à ses valeurs tout en respectant l’autre et ses valeurs. Et si rien n’est possible, c’est accepter de le rendre possible ailleurs, autrement, avec d’autres personnes. On s’aperçoit alors que l’option est encore plus belle que la précédente.

  • Posséder ses émotions.

Personne ne peut faire vivre à quelqu’un qui est maître de ses émotions un état émotionnel qu’il n’a pas au préalable accepté de vivre. Les émotions sont communicatives, mais personne n’est obligé de se laisser contrôler par elles et encore moins par celles des autres. C’est à chacun de décider ce qu’il accepte de vivre ou de ne pas vivre. Chacun a le choix de ce qu’il se fait à lui-même. C’est cela prendre possession de ses émotions. Sans maîtrise de ses émotions, on laisse n’importe qui ou n’importe quoi, toucher, blesser, affaiblir, tourmenter qui nous sommes. C’est open-bar à l’intérieur de soi. Sans maîtrise émotionnelle un individu tout entier peut être détruit facilement, car il cède à ceux qu’il croise dans sa journée, du plus équilibré au plus déséquilibré, la télécommande de son bien-être intérieur. Posséder ses émotions c’est choisir de donner la valeur ou la signification que l’on veut aux actes des autres. C’est à dire, la valeur et la signification qui est la plus plaisante, qui fait se sentir bien quelque soit ce qu’autrui dit ou fait. C’est décider de l’interprétation, du ressenti et de l’impact que cela a sur soi. C’est choisir de réagir aux actes des autres de manière à rester heureux. On décide de choisir ce qui nous rend plus calme et serein ou plus en colère et aigri. C’est un choix. Posséder ses émotions, c’est lâcher l’importance. Dédramatiser et prendre de la distance. Rechercher en tout temps et en tout lieu le bien-être et la sérénité.

Stop au copier-coller!

Impossible d’emprunter la vie d’un autre pour avancer sur sa propre route! On peut utiliser le copier-coller pour remplir une page blanche sur son ordinateur mais ce n’est pas une bonne idée pour écrire le livre de sa vie. C’est générateur de frustration et de souffrance à plus ou moins court terme. 

Le bien-être à long terme se ressent dans une vie qui nous ressemble, une vie qui nous correspond en tout point, une vie qui nous va comme un gant! Alors cessons de vouloir faire comme les autres et décidons maintenant de nous créer une vie à notre image ! 

Pas de grande révolution à prévoir, ni de chamboulement à mettre en place ! Rassurez-vous ! Je vous invite juste à changer de GPS pour bénéficier d’un système de guidage un peu plus fiable! Fini les culs-de-sac et autres chemins boueux qui vous mènent à « je suis perdu ». En fait, c’est juste sortir du brouillard ! 

Pour avancer dans la vie nous avons des choix à faire, des décisions à prendre. Une multitude de propositions se présentent à nous chaque jour. Nous rencontrons de nouvelles personnes, nous sommes sollicités pour découvrir de nouvelles choses. Nous avons de nombreuses pensées pour orienter notre vie et nous engager dans de nouvelles directions. 

Comment savez-vous que vous faites les bons choix? Avec quels critères prenez-vous vos décisions ? Sur quelles valeurs décidez-vous de vous engager dans une nouvelle relation, dans un travail, dans un choix de vie?

Au cours de mes nombreuses années de consultations j’ai pu m’apercevoir que nombreux sont ceux qui font des choix important alors qu’ils vivent dans le brouillard complet en ce qui concerne « qui ils sont ». 

Ils ont peu d’idée de leurs rêves. Pour faire leurs choix de vie, ils s’attachent surtout à des informations subjectives et parfois superficielles. 

Un individu peut faire un choix de vie en se référant à ce qui augmente son sentiment de valeur personnelle. Ce qui flatte son ego. Une belle femme, une belle voiture, un job au goût du jour, un voyage qui fera rêver ses proches….

Un individu peut également faire ses choix de vie en recherchant avant tout ce qui lui laisse penser que cela améliorera rapidement ses conditions de vie. Le marketing s’appuie beaucoup sur ce critère. « Accédez au bonheur en achetant votre maison auprès du constructeur X », « rayonnez en choisissant la voiture Y », C’est aussi sortir avec untel parce qu’il dégage quelque chose qu’on a toujours eu envie d’avoir et faire un enfant pour rafistoler le couple qui bat de l’aile. 

Faire ce genre de choix et les réaliser procure une sorte d’euphorie car l’individu est amené à vivre une nouvelle expérience porteuse de plein d’espoir. Bien souvent cette euphorie retombe car à l’usage cette nouvelle expérience apporte son lot de complications et de déception. De plus le shoot émotionnel que procure cette nouveauté plaisante ne fait effet que quelques temps et le corps et la psyché réclame un nouveau shoot express. 

Sortir du brouillard c’est s’éviter ce genre de montagne russe émotionnelle on ayant la visibilité et la lucidité sur soi même qui permet de poser des choix en connaissance de cause et en accord avec qui nous sommes afin de donner une sérieuse chance à nos choix de nous guider vers une voie pérenne, une voie qui nous emmène au bien-être profond et durable. 

J’ai créé une formation pour vous permettre de connaître en profondeur ce que vous trouvez important dans la vie. Pour vous permettre de devenir conscient de vos propres rêves et désirs, seul moyen pour accéder au bien-être profond. 

Cette formation est un investissement dont vous bénéficierez tout le reste de votre vie car vous découvrirez vos valeurs fondamentales qui sont ancrées au plus profond de vous. Ces valeurs sont les éléments les plus stables de votre personnalité. Elles sont le moteur qui vous fait agir et qui vous donne de l’énergie pour entreprendre. Elles sont le socle de votre confiance en soi. Elles sont vos repères essentiels, ceux qui orientent pour une large part vos actions et votre comportement. 

Après cette formation vous saurez sentir quand vous êtes sur la route qui est faite pour vous, dans la vie qui vous correspond. 

Quand vous vivrez la vie qui vous correspond vous rencontrerez des partenaires, des soutiens, des opportunités d’affaires professionnelles ou privé qui correspondent à vos désirs et à vos besoins.  Vous rencontrerez des personnes et des activités avec lesquelles c’est un plaisir d’entretenir des relations durables. 

Pour apprendre à sortir du brouillard, prenez contact avec moi ICI

Vous pouvez profiter de cette formation en ligne, en groupe ou en séance individuelle,