Covid-19: fabrique à idiots ou catalyseur de mieux ?

C’est sûr que lorsqu’on est un poil narcissique c’est plus facile de rejeter l’idée de la dangerosité du covid-19, en criant haut et fort à qui veut bien l’entendre, « même pas peur ! »

C’est aussi très facile pour les pseudos psychopathes qui pullulent car gavés par le culte de « après moi, les mouches! » du monde d’avant l’ère du covid-19, de laisser parler leur intérêt personnel limité au bout de leur nez. Dénués de toute conscience globale ils restent persuadés que le virus ne passera pas par eux, qu’ils sont sains de toute manière, ou que quoiqu’il arrive ils s’en tireront mieux que les autres. Pour peu qu’ils aient un peu de moyens financiers, ils activent des stratégies qui les placent dans le royaume de « perso je m’en moque, j’ai fait toutes mes réserves pour 6 mois ».

De manière plus générale, l’être humain est ainsi fait que son système limbique (dans son cerveau) coupe toutes ses capacités de penser quand il n’a pas appris à dompter ses émotions. Seule la peur le gouverne et son cerveau émotionnel prend le pas sur sa capacité à réfléchir. Il devient l’idiot fini qu’il critiquait lui-même par temps calme.

On pourrait croire que la logique place la peur du virus ou la peur de la mort en première place dans son cerveau. Et bien non! L’être humain de 2020 n’a plus peur de cela en priorité mais seulement de perdre ses habitudes et son petit confort. La perte de sa capacité de penser face à cette peur, l’amène à faire tout ce qu’il faut pour pouvoir continuer à vivre comme il a toujours vécu.

C’est alors que l’on voit l’émergence de tout ce qui motive réellement un homme dans sa vie.

Celui qui au fond de lui a une peur non exprimée de perdre ses revenus ou sa valeur professionnelle fera tout ce qui est en son pouvoir, même si ce n’est pas indispensable, pour continuer à travailler même s’il met en danger ceux qu’il est censé aimer. Il ne le verra même pas d’ailleurs.

Celui qui camoufle au fond de lui la peur de se retrouver seul face à lui-même fera des pieds et des mains pour continuer à voir du monde, pour sortir. Il se raccrochera à tout ce qui pourra l’éloigner d’un tête à tête avec lui-même.

Celui qui a rempli sa vie par tout un tas de défis, d’activités ludiques ou culturelles, de divertissement pour cacher le creux qu’il a au fond de son cœur et le vide de son existence sera désemparé à l’idée de rester confiné chez lui. Pour éviter la crise de nerf ou la dépression il sera obligé de se gaver coûte que coûte de nourriture physique ou virtuelle.

Et l’émergence de la face cachée de l’humain ne s’arrête pas là. En effet, les couples boiteux qui restent ensemble pour la maison, les enfants ou même le chien se retrouvent en tête à tête dans un huis clos pesant sans échappatoire. Les tensions compensées jusqu’ici ne peuvent qu’éclater au grand jour. À l’inverse, ceux qui se sont séparés pour des broutilles quotidiennes mais qui restent intimement amoureux n’auront de cesse dans cette période de penser à l’autre qu’ils aimeraient voir heureux et pouvoir le soutenir et le protéger. Les couples aimants et équilibrés seront renforcés par l’adversité qui mettra encore plus en lumière leur complicité et leur capacité à faire front à deux. Des couples vont se défaire et d’autres se refaire ou se consolider.

Ceux qui supportent leurs enfants grâce à la soupape de décompression que fourni l’école, les crèches ou les activités extérieures vont se retrouver face à la réalité de leur choix d’en avoir. Et ceux qui ont au fond d’eux l’intime conviction que passer du temps avec eux, jouer avec eux, leur transmettre leurs valeurs et leurs savoir-faire dans le quotidien pourront enfin s’y livrer avec bonheur car libérés des obligations extérieures parentales.

Les pendules se remettent à l’heure. Ce qui a du sens renverse les faux semblants. La réalité se libère des mensonges. Les vérités jusque-là mauvaises à dire s’expriment toutes seules.

Cet événement aussi terrible et destructeur qu’il soit, reste à mes yeux un élément déterminant pour celui qui aime ce qui est fluide, transparent et sincère. Il permet à celui qui cherche sa vérité d’avoir un accès inédit au miroir grossissant de ses zones d’ombre intérieures et de découvrir sous une lumière éclatante la réalité intérieure de ceux qui l’entourent.

Il est comme un révélateur de ce que l’humain a toujours cherché à cacher. Il est un révélateur de ce que l’humain n’a jamais su ou pu exprimer. Il est un catalyseur de qui vous êtes vraiment et vous montre le chemin de vos plus grands freins intérieurs. Il vous pousse à vous montrer tels que vous êtes vraiment et ce à quoi vous aspirez le plus en réalité. Il vous pousse à sortir de vos limites. À montrer les élans de votre cœur qu’il vous serait utile de sublimer. Il vous provoque en vous obligeant à exprimer par vos actes ce que vous préfériez jusqu’à maintenant garder pour vous. Il vous met face à votre réalité et face à la réalité de vos proches, de vos collègues et de vos patrons. Il met en exergue les valeurs et les contre-valeurs de chaque humain mais aussi de la société dans laquelle il évolue.

Le covid-19 est un ennemi qui vous pousse dans vos retranchements à tous les niveaux mais si vous utilisez le miroir qu’il vous tend pour affiner votre état conscience et utiliser la pause qu’il impose pour vous donner le temps de grandir en vous-même, cette guerre sera bien plus légère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s