Communion sensuelle ou passionnelle?

Allongée sur le sable, le vent caresse ma peau délicatement, le soleil me touche et me réchauffe jusqu’à la profondeur de mon âme, la mer me berce en chantant ce doux son des vagues qui arrivent et repartent. Les mouettes accompagnent cette mélodie par leurs cris si caractéristiques.

Je suis bien.

Même mes voisins de plage qui jouent et qui crient ne me dérangent pas tellement je suis en lien. Ils font simplement partie du tableau et je les aime pour cela.

Être en lien via mes sens!

Voilà ce qui me fait du bien et panse les restes cicatriciels de mes combats et de mes épreuves passées. Je sens que pendant que je suis là, à ne rien faire, juste posée sur le sable face à l’immensité de cette mer apaisante, je me soigne. Pardon, je suis soignée. Je suis soignée et dorlotée par cette petite partie du monde, cette nature qui prend soin de moi à cet instant comme jamais personne n’a su me dorloter.

Ce soupir mélodieux, cette caresse, cette chaleur douce sont l’expression de l’intensité d’un lien qui vient de mon environnement et qui traverse mes sens en me faisant oublier tout le reste… serait-ce une sorte de relation d’amour idéale avec ce qui m’entoure reposant sur la sensualité qui vient du plus profond de la vie? La sensualité du vivant.

Aucun besoin de personnalisation, la nature dans sa globalité sait flirter avec tous mes sens en étant ce qu’elle est face à ce que je suis. C’est naturel, simple, efficace. Ça fait du bien. Nul besoin de jeux de séduction et de sentiments pour que ce flirt me fasse vibrer. Cette spontanéité dans l’exaltation des sens dont la nature a le secret est nourrissante et ressourçante.

Cette prise de conscience a eu lieu dans un instant ridiculement petit face à la durée de toute ma vie. Mais ces quelques millisecondes de conscience resteront gravées dans mon cœur pour l’éternité.

C’est cela que je veux vivre pour chaque jour qui me reste à vivre. La sensualité du vivant. Le plaisir de mes sens dans ce que la vie me propose de vivre.

Alors je commence à m’entraîner pour ne plus perdre ce fil de bonheur qui m’a été donné en ce jour de grosse paresse au bord de la mer. Je ne cherche plus à apprécier une situation avec ma tête mais avec mes sens.

Tout peut alors devenir source de plaisir. La couleur, le parfum des légumes que j’achète au marché tout en projetant avec ma mémoire sensorielle leur goût quand ils seront cuisinés. Cela remplace avantageusement mes gestes d’avant où je plaçais les légumes les uns derrière les autres dans des sacs pour être pesés tout en suivant scrupuleusement la liste des courses.

La moindre balade n’a plus pour but de me mener quelque part. Juste celui de me faire vivre des sensations différentes. À pied, en vélo, à moto, même en voiture, le trajet peut être exactement le même mais l’expérience radicalement différente. Rien que cela m’enrichit en m’ouvrant à d’autres points de vue sur une même situation. Conduire prend une autre densité dans ma vie. Je ressens cette conduite vécue de l’intérieur. Ça change tout.

Pareil pour le sport. Faire du sport n’a plus pour objectif de me faire perdre des calories, transpirer ou prendre de la masse musculaire. Faire du sport me permet de sentir mon corps bouger, parfois grincer, ou d’autres fois être comme allégé, heureux et dynamisé, comme prêt à tous les exploits. J’aime ce dialogue avec lui à travers mes sens. C’est une communication intime, profonde et sans mots.

Quand on a découvert qu’il est possible de communiquer passionnément et profondément avec tout ce qui nous entoure et tout ce qui nous habite, sans utiliser les mots, juste avec les sens, on a envie d’être dans ce lien sensuel avec d’autres êtres humains.

Croyez le ou non, c’est bien plus simple de créer ce lien avec les animaux, les fleurs et les éléments naturels qu’avec un autre humain.

Les animaux vous regardent droit dans les yeux avec toute la tendresse dont ils savent faire preuve dès le premier regard échangé. Ils posent la patte sur votre bras pour réclamer votre présence sans s’inquiéter de ce que vous pouvez penser et sans craindre d’être rejeté. Ils sont excellents de spontanéité. L’être humain a des convenances, des retenues et il faut du temps pour laisser l’autre accéder à ses sens sans malaise.

L’être humain peut parfois, si l’autre s’en approche trop, s’attacher à lui comme si cet autre était sa seule raison de vivre. Un élan passionné qui vient paraît-il du cœur. Un lien sentimental qui semble plutôt limiter, interdire, ligoter l’autre dans l’expression de son plein potentiel. Pourquoi ce lien soit disant sentimental génère autant de tristesse, de douleur et de malheur à plus ou moins long terme ?

La passion amoureuse n’a pas le moindre sens pour moi car elle a tendance à nier l’intégrité de qui je suis au bénéfice de l’autre ou de la relation.

En revanche, je comprends que cette communion sensuelle me parle. Je la souhaite et je la recherche sans avoir su la décrire jusqu’à présent. Elle me demande d’être pleinement connectée à qui je suis pour pleinement ressentir l’autre. Elle est donc une mine de développement personnel.

Si je suis connectée à l’autre via ma tête, mon mental et ses jeux de pouvoir, je suis dans l’incapacité de le percevoir dans son essence profonde à travers mes sens. Je pourrais même finir par en conclure que lui ou un autre… c’est la même chose. C’est à dire à une généralisation limitante et rabaissante.

Quand je parviens à ressentir l’autre via ce qui émane de lui comme je peux percevoir le vent, la chaleur du soleil et l’odeur marine, il me fait vibrer d’une manière caractérisée, par sa façon à lui d’activer mes sens, de les stimuler. Si la réciproque existe car la pudeur est partie et que l’autre est éveillé sur ce point, qu’il possède cette sensualité du vivant, alors c’est beau comme un feu d’artifice. Ça fait vibrer le corps et les émotions. Le plus difficile est sûrement d’oser. Oser laisser aller ses sens guider qui on est.

Il est alors aisé de s’imprégner de la présence de l’autre sans discours ni paroles, sans fausses coquetteries, sans manipulation. C’est ce qui me semble être la vraie intimité. Reconnaître l’autre et le ressentir par ce qu’il dégage comme empreinte sensorielle au lieu de le penser, de le mentaliser.

Découvrir l’autre par ce qu’il fait vibrer en soi dans l’espace ténu entre nos sphères physique et émotionnelle est à mon avis un des plus beaux voyages intérieurs que nous pouvons vivre à deux. Le sentiment n’y est pas nécessaire comme cela est le cas pour la passion. Ici, seule l’écoute active et la présence à l’autre sans jugement est nécessaire. La passion s’altère avec le temps. La communion sensuelle sincère s’amplifie et s’enrichit avec le temps. Dans la passion le sentiment peut passer d’un extrême à l’autre et aller jusqu’à la haine. De la communion sensuelle peut naître un sentiment profond ou simplement du plaisir. Cela reste positif. La passion dévore. La communion sensuelle apaise et nourrit.

Finalement mes voisins de plage se sont eux aussi allongés sur le sable, fatigués d’avoir nagé et joué. Finalement tout comme moi ils ont passé un bon moment. Ils vous diront qu’ils aiment la mer et que cette journée leur a fait du bien. Aucune différence avec moi. Sauf peut-être que je suis maintenant consciente du « pourquoi » j’ai eu autant de plaisir et que je sais maintenant reproduire cet état loin de la mer, du sable et des mouettes. Juste en me connectant avec mes sens à tout ce que je suis en train de vivre maintenant, en pleine conscience.

La relation passionnelle est une relation d’emprise où chacun des partenaires perd la pleine conscience de qui il est.

Une relation harmonieuse ne serait elle pas cette relation sensuelle et sensorielle en pleine conscience de ce qui se joue dans l’instant avec ce qui nous entoure ?

La communion sensuelle ne pourrait elle pas devenir, en raison de la puissance des vibrations émises, une relation d’une telle intensité que l’élan passionnel serait relégué au rang des pâles reflets ?

Je vous laisse expérimenter et trouver la meilleure réponse pour vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s