Sauvez-vous !

Amis Saint-Bernard, à vous qui perdez votre identité en vous enfermant dans un rôle trop lourd à porter en construisant vos relations avec vos proches sur les meilleures intentions possibles sans voir que vous mettez vos autres relations affectives et professionnelles plus saines en mode péril, cet article est fait pour vous.

Tout d’abord, je voudrais rendre hommage à deux auteures Mary C. Lamia et Marylin J. Krieger dont le livre « Le syndrome du sauveur » aux éditions Eyrolles a aidé plus d’une âme perdue à retrouver le chemin de la liberté en apportant du sens à ce qui ravageait les tripes de leur propriétaire. Cet article inspiré pour beaucoup de leur travail a pour intention de vous inviter à lire leur livre et à l’utiliser pour vous rendre la vie plus belle.

Alors, si vous êtes un adepte de  » la boule au ventre chronique » ou des relations affectives de qualité douteuse sans envergure ni inspirantes, rassurez-vous, c’est juste un petit problème d’aiguillage sur les rails de votre vie. Si vous souhaitez libérer votre « bidon » et enfin pouvoir vous laisser porter par des relations harmonieuses, suivez-moi et je vous donnerai quelques pistes. Sinon, ne changez rien et laissez la vie vous guider. Elle vous montrera où le chemin que vous suivez maintenant vous mène et quand l’impasse se montrera, vous saurez qu’il existe un moyen pour s’en sortir et vous pourrez alors décider de changer de direction.

Vous êtes une belle personne, sachant faire preuve d’intelligence, capable d’à propos et dotée de cette habitude de ne jamais vraiment demander de l’aide pour vous-même au sein de votre sphère intime.

Stop! Regardez autour de vous! Qui s’y trouve ?

Non! Pas vos collègues de travail ni vos amis de longue date que vous voyez au mieux une fois par trimestre ! Ni même les copains et copines avec qui vous mangez sur le pouce ou allez boire un verre! Non! Pas eux! Mais vos proches. C’est à dire ceux qui ont leur vie intriquée à la vôtre, ceux pour qui vos décisions ont un sens et des répercussions dans leur quotidien. Ceux dont vous devez tenir compte de l’existence pour faire vos choix chaque jours.

Ah! Ils sont moins nombreux, n’est-ce pas! Pourtant ce sont eux qui façonnent 97% de votre espace mental et qui occupent bien malgré vous la totalité de vos prises de décisions car tout est tourné dans votre vie en fonction d’eux.

Je vous entends d’ici vous en défendre et dire que « non, ce n’est pas vrai ! », pourtant c’est bien vous qui vivez avec cette boule au ventre suspendue à vos décisions et à vos choix.

Regardez bien les personnes qui vivent dans le cercle proche de vos intimes. N’oubliez pas d’y inclure vos enfants.

N’y a-t-il pas une personne désemparée qui a besoin qu’on la soutienne, la conseille, qu’on prenne soin d’elle ? Une personne socio-dépendante dotée d’une forte dépendance émotionnelle éprouvant des sentiments d’infériorité, de vide et de honte. Ou à l’inverse une personne déprimée auto-critique perclus de culpabilité, de doute quant à sa valeur, qui craint l’échec et qui vit par anticipation du rejet?

Dans l’entourage proche du sauveur on peut également trouver un dépendant malsain qui paraît passif ou soumis pour se sentir soutenu et choyé car il amène au sauveur un sentiment de sécurité « parce que sa vulnérabilité l’assure de sa dévotion et lui confère un contrôle plus important. »

On trouve parfois des sauveurs entourés par des « autodestructeurs qui affirment souvent se sentir dépassés, impuissants ou apeurés, qui éprouvent un sentiment de honte vis à vis d’eux-mêmes et craignant que les autres ne découvrent ces faiblesses, ils se cachent derrière leur propre inaction. »

Regardez bien autour de vous s’il n’y a pas un angoissé qui se tourmente à tout propos vous obligeant à le rassurer et à le réconforter. « Professionnellement les angoissés sont souvent très efficaces, même s’ils se plaignent souvent de leur travail et doutent fréquemment de parvenir à aller jusqu’au bout de leurs tâches. Leur sauveur est serviable, compréhensif, charmé par leur vulnérabilité et persuadé qu’il peut tout arranger pour eux.  »

Il y a aussi de nombreux rapaces qui rôdent dans l’entourage du sauveur. « Le rapace désespéré qui est la proie d’émotions intenses qu’il manifeste sous forme d’accès de colère, de désespoir ou de panique, qui vous crie dessus, détruit des objets vous appartenant, vous frappe, vous dénigre de manière malveillante ou fait preuve de tout autre comportement hostile ou destructeur. Pourtant le sauveur lui trouve des excuses tout comme il le fait pour lui-même. Ou bien, si cela déclenche chez le sauveur sa honte et sa peur de la faiblesse, il risque de réagir de façon agressive pour après se sentir coupable, étouffé ou contrôlé. » Il peut aussi y avoir dans votre entourage un « rapace instable, séduisant, excitant, sensuel, créatif, et démonstratif qui manifeste son besoin extérieur d’être désiré en cherchant à séduire sexuellement, ce qui peut vous donner le sentiment en retour d’être désirable. Ceci n’est en fait que sa manière de cacher un profond sentiment d’impuissance et de haine de soi. La moindre remarque négative de votre part ou de la part d’un autre lui révélera sa peur d’être insuffisant et il réagira avec colère en vous dénigrant et en vous humiliant. » Quant au « rapace égocentrique vous avez beau lui offrir votre réconfort et le couvrir d’attentions et de cadeaux, vous finissez par découvrir qu’il convoite le bien des autres ou encore qu’il recherche l’approbation d’une autre personne que vous, approbation que cette personne ne veut ou ne peut pas lui fournir.  » C’est le genre de personne qui vous vide totalement car quoique vous fassiez, vous aurez l’impression que c’est vous qui êtes en faute car incapable de donner à l’autre ce qu’il semble vouloir.

C’est tout à fait normal que votre entourage de sauveur ou de « pompier » comprenne ce genre d’individus puisque votre malaise interne provient de votre grande difficulté à porter sur vous un regard objectif.

Le principe même du Saint-Bernard c’est de considérer celui avec qui il entretient une relation proche même si elle est conflictuelle, comme une extension de lui-même. De facto, impossible pour vous de juger objectivement votre propre comportement ou celui de la personne dont vous prenez soin ainsi que de faire un tri efficace entre vos propres besoins et les siens.

Selon les auteures citées plus haut, vous faites peut-être partie de ceux qui « devancent les besoins de l’autre et leur donnent affection et estime » tout en étant persuadés au fond d’eux qu’ils ne méritent pas autant pour eux-mêmes. Ou bien vous faites partie de ceux qui « courent au secours de l’autre ce qui inconsciemment leur permet de minimiser la conscience qu’ils ont de leur propre vulnérabilité et de se cacher à eux-mêmes les sentiments de honte et d’insuffisance induits par leur échec à vivre à la hauteur de leurs idéaux. »

Quoiqu’il en soit, vous faites preuve d’efforts soutenus pour secourir l’autre, pour lui faciliter la vie, pour protéger la relation que vous souhaitez de tout votre cœur voir idéale , c’est à dire que l’autre vous aime, qu’il vous apprécie, qu’il soit gentil avec vous, arrangeant et qu’il ait besoin de vous. Voilà pourquoi « l’autre » occupe 97% de votre espace mental et la totalité de vos prises de décisions. Vous êtes malgré vous obnubilé par « ce besoin de traiter votre proche de façon altruiste, mais vos efforts dans ce sens sont souvent le reflet d’une lutte avec vos propres conflits intérieurs, ainsi qu’un moyen de rester proche d’eux. » Voilà l’origine de cette boule au ventre, vos propres conflits intérieurs.

« Beaucoup de sauveurs ont été profondément affectés par les souffrances émotionnelles ou physiques d’un de leurs parents » nous disent Mary Lamia et Marilyn Krieger. Ceci crée des conflits intérieurs comme la crainte de la distance émotionnelle, de la séparation, de la perte de l’amour ou de l’approbation de celui qui est le sujet de toute l’attention du sauveur. D’où son inquiétude excessive pour l’autre, une hyper-empathie et une culpabilité excessive qui peuvent se manifester de différentes manières.

Un autre type de conflit intérieur fait que le sauveur « cherche à comprendre et a réparer la perception de lui-même erronée qu’il a construite durant son enfance. » Son objectif interne, inconscient et conflictuel est d’être aimé et admiré et « il ira très loin pour obtenir cette admiration afin de guérir les blessures de son passé. » Mais vu le vide émotionnel dont il souffre, il ne peut contenir durablement l’amour et l’admiration qu’on lui donne, le laissant perpétuellement vulnérable et frustré.

Si le sauveur a eu une enfance émotionnellement difficile, il peut gérer ses difficultés « en provoquant des situations où l’autre se sent effrayé et jaloux. Le sauveur transfère ses sentiments de vide, de jalousie, de honte, de colère et de peur de l’abandon sur ses partenaires.

Bref, la faille de tout sauveur est son sentiment caché d’impuissance pour lui-même, de désespoir, de dépression ou d’envies insatisfaites.

Votre espoir permanent de sauver ou de changer l’autre ( d’éviter sa crise ou ses dérapages) en arrondissant les angles de sa vie ou en anticipant ses actes, voire même en faisant à sa place, en étant derrière lui sur tous les fronts, est le reflet de votre propre besoin de vous sentir puissant et d’éviter des sentiments que vous jugez indésirables. Ceux-là même qui réveillent votre boule au ventre. Et cela vous capte 97% de votre espace mental, de votre liberté d’action, de votre temps et de votre vitalité. Finis la réalisation de vos rêves, vous n’avez plus d’autres choix que de rêver sans concrétiser. Plus le temps ni l’énergie. Finis les projets personnels aboutis, finis les possibilités de légèreté et d’insouciance, finis la joie de vivre. Vous ne pouvez plus vous accorder que quelques plaisirs furtifs. Vous êtes occupés à sauver. C’est boulimique et addictif. Et c’est aux dépens de tout ce que la vie pourrait vous apporter de sain et d’heureux, de pacifié.

Alors pour changer d’aiguillage, et se libérer de son besoin d’aider ceux qui sont dans l’incapacité de s’aider eux-mêmes je vous invite à accepter enfin l’idée que l’amour vrai et sain, le seul qui mérite notre attention, n’existe uniquement que pour ce que l’on est et non pour ce que l’on fait.

Alors sauvez-vous vous-mêmes ! Devenez celle ou celui qui est proche de la plus belle version de soi. Devenez attractif au lieu de chercher à être convainquant. Montrez qui vous êtes au lieu de chercher à faire ce que vous pensez que l’on attend de vous. Montrez votre aspect unique plutôt que de chercher à coller à ce qu’il semble « être bien de faire. »

Au lieu de projeter sur vos proches votre incapacité à vous protéger, à prendre soin de vous, à devenir votre meilleur ami, à utiliser vos propres talents malgré ce que les autres attendent de vous dans un autre registre, utilisez cette énergie pour vous seul. Arrêtez de chercher à donner à l’autre ce que vous croyez ne pas être capable de vous donner à vous-même.

Utilisez cette énergie pour vous offrir enfin des relations équilibrées et enrichissantes, pour sauver votre vie de l’ornière dans laquelle elle croupit depuis trop longtemps.

C’est un don que vous vous faites, c’est aussi le don que vous faites à vos enfants, en leur permettant de s’éveiller à une autre manière plus saine d’aborder leur vie. C’est un don que vous faites à ceux qui vous aiment vraiment mais auprès de qui vous vous rendez inaccessible de part votre incapacité à décrocher de votre addiction à sauver ceux qui vous obsèdent. C’est un don à la vie qui n’attend que votre sérénité et votre rayonnement pour éclairer par votre exemple tous ceux qui sont à deux doigts de changer l’aiguillage mais qui n’osent pas encore changer de cap en tournant leur besoin de sauver l’autre vers eux-mêmes.

Le point de départ de toute relation harmonieuse et inspirante, basée sur un partage équilibré et des attitudes non blessantes envers l’autre est de s’être soi-même sauvé. C’est à dire avoir par soi-même construit son estime de soi sans que celle-ci ne dépende de ce que l’on fait pour les autres, avoir acquis la stabilité émotionnelle qui permet de se sentir bien quoiqu’il arrive et d’avoir enfin adhéré à des croyances positives au sujet de sa propre valeur.

La seconde étape pour construire des relations équilibrées c’est d’être capable de choisir ses actes pour rendre possible ce que l’on souhaite pour soi et pas pour ce que l’autre souhaite, décider d’agir sur sa propre vie et non celle de l’autre, et de prendre la responsabilité de ses actions et laisser à l’autre prendre les siennes, quelque soit l’issue de la situation. Se raccrocher à un lien basé sur des espoirs infondés c’est comme croire au Père Noël.

Les relations équilibrées sont basées sur l’amour mature, c’est à dire, l’amour où tout est facile et rien n’est drame. Quand il faut fournir un effort il n’y a déjà plus d’amour et le lien est malsain. Les relations équilibrées nourrissent et apportent la tranquillité, la sérénité.

Il nous faut vivre cet amour mature avec nous-mêmes avant de pouvoir le partager avec l’autre. Cela commence par se donner l’autorisation d’avoir le droit au bonheur, d’avoir le droit d’exister pour soi.

Les relations stables et harmonieuses ne sont possibles que pour deux personnes complètes, stables émotionnellement et libérées de leur besoin addictif d’être nécessaires et indispensables, ce qui les rend libres, joyeuses et disponibles à une relation épanouissante. Elles vivent ces relations équilibrées comme le moyen de trouver une manière de se sublimer et d’affronter la vie à deux.

L’amour immature cache beaucoup de choses, cherche son intérêt et vise en permanence à protéger ses arrières. L’amour mature est transparent, vrai et vulnérable.

Tellement plus beau et ressourçant. Rajeunissant.

Si comme moi vous avez décidé de ne plus laisser de place dans votre vie aux amours immatures, décidez maintenant de vous sauver vous-mêmes au lieu de sauver les autres, de sauver un lien déséquilibré ou une situation qui ne nourrit pas vos plus beaux rêves.

Sauvez-vous et commencez à honorer la vie qui vous a été donnée au lieu d’entretenir des chimères, chargées de faiblesses et de fausses excuses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s