L’état d’esprit des « pourquoi »

Ils sont jeunes, ce sont vos enfants, vos collègues, vos élèves et ils vous minent avec leur « pourquoi  » permanent.

La génération Y on y croit ou on n’y croit pas. Certains ne jurent que par elle pour expliquer nos conflits générationels, d’autres pensent que c’est une pure illusion marketing. Personnellement cela m’est égal car je n’aime pas les étiquettes!

En revanche j’aime le « pourquoi » qui les caractérise car il reflète un état d’esprit avec lequel je suis à l’aise. Pourquoi ? Parce que c’est l’état d’esprit de la liberté d’être que je mets volontairement en opposition avec l’état d’esprit du « comment » qui maintient dans l’esclavage et la souffrance.

« Pourquoi » est un libérateur! Alors foncez! Ouvrez-vous à l’état d’esprit de ceux qui vous agacent tant avec leurs « pourquoi » et lâchez un peu vos « comment »!

Et oui! Le « pourquoi » amène au succès sans vraiment savoir « comment »! Parce que le « pourquoi » nous connecte à ce qu’on est, à ce qu’on aime et nous donne un sens. Et quand on est connecté à cela, on agit avec peu de doute, comme on le sent et à notre rythme !

Bon, ça donne parfois quelques comportements étranges, comme refuser une super promotion qu’on ne sent pas, comme être mal à l’aise avec le cadre rigide des horaires du statut salarié, comme se passionner H24 pour un projet puis une fois le boulot fait se passionner pour 3 semaines de bivouac à l’autre bout du monde! Mais grâce à l’hyperconnexion et les joies du télétravail, il y a toujours une solution ! Parce que s’acharner à suivre les « pourquoi » de sa vie oblige à développer un grand sens de la créativité, avoir un esprit orienté solution, savoir faire preuve d’autonomie et de responsabilité. Ce sont finalement de grandes qualités que parents, enseignants et patrons aiment chez leurs jeunes. Alors arrêtons de les torturer en les obligeant à répondre à nos « comment « ! « Comment vas-tu faire ? Comment vas-tu t’en sortir ? Comment vas-tu gagner ta vie? Comment vas-tu t’organiser? ». Et arrêtons d’étouffer leur créativité et de maltraiter leur sentiment de loyauté envers nous en projetant nos peurs sur eux. L’état d’esprit du « comment » est propice au chantage qui donne vite le sentiment d’être esclave. « Tu peux gagner plus d’argent ! Comment ? En travaillant plus! » Et s’il travaille déjà beaucoup à ses yeux, c’est fichu! Et s’il se met vraiment à travailler beaucoup, il gagnera peut-être plus, mais je crains qu’en faisant ça vous êtes en train de lui scier son équilibre vie professionnelle / vie privée ! Et ça, il en a horreur. Il saura vous le reprocher à sa manière ! De manière créative et explosive! Bon courage!

Si vous acceptiez l’idée que l’état d’esprit du « pourquoi » est un réel atout, même si vous ne comprenez pas tout, vous pourriez enfin faire un peu plus confiance à tous ces jeunes qui vous irritent ! Vous pourriez même aussi vous en inspirer un peu. Votre vie pourrait prendre une drôle de couleur, une couleur solaire avec beaucoup de joie, de plaisir et un regain d’enthousiasme.

Et moi, je verrai moins de jeunes en consultation qui ont mal, qui sont mal et perdus entre les injonctions de leur entourage et celles de leur cœur! Parce qu’il sont très sensibles ces bougres là contrairement à ce que vous pensez! Ils fonctionnent à l’affect et ont besoin de sentir qu’ils vous plaisent !

Et je recevrai sûrement moins de plus âgés qui ont perdu joie de vivre et fluidité.

Stop au copier-coller!

Impossible d’emprunter la vie d’un autre pour avancer sur sa propre route! On peut utiliser le copier-coller pour remplir une page blanche sur son ordinateur mais ce n’est pas une bonne idée pour écrire le livre de sa vie. C’est générateur de frustration et de souffrance à plus ou moins court terme. 

Le bien-être à long terme se ressent dans une vie qui nous ressemble, une vie qui nous correspond en tout point, une vie qui nous va comme un gant! Alors cessons de vouloir faire comme les autres et décidons maintenant de nous créer une vie à notre image ! 

Pas de grande révolution à prévoir, ni de chamboulement à mettre en place ! Rassurez-vous ! Je vous invite juste à changer de GPS pour bénéficier d’un système de guidage un peu plus fiable! Fini les culs-de-sac et autres chemins boueux qui vous mènent à « je suis perdu ». En fait, c’est juste sortir du brouillard ! 

Pour avancer dans la vie nous avons des choix à faire, des décisions à prendre. Une multitude de propositions se présentent à nous chaque jour. Nous rencontrons de nouvelles personnes, nous sommes sollicités pour découvrir de nouvelles choses. Nous avons de nombreuses pensées pour orienter notre vie et nous engager dans de nouvelles directions. 

Comment savez-vous que vous faites les bons choix? Avec quels critères prenez-vous vos décisions ? Sur quelles valeurs décidez-vous de vous engager dans une nouvelle relation, dans un travail, dans un choix de vie?

Au cours de mes nombreuses années de consultations j’ai pu m’apercevoir que nombreux sont ceux qui font des choix important alors qu’ils vivent dans le brouillard complet en ce qui concerne « qui ils sont ». 

Ils ont peu d’idée de leurs rêves. Pour faire leurs choix de vie, ils s’attachent surtout à des informations subjectives et parfois superficielles. 

Un individu peut faire un choix de vie en se référant à ce qui augmente son sentiment de valeur personnelle. Ce qui flatte son ego. Une belle femme, une belle voiture, un job au goût du jour, un voyage qui fera rêver ses proches….

Un individu peut également faire ses choix de vie en recherchant avant tout ce qui lui laisse penser que cela améliorera rapidement ses conditions de vie. Le marketing s’appuie beaucoup sur ce critère. « Accédez au bonheur en achetant votre maison auprès du constructeur X », « rayonnez en choisissant la voiture Y », C’est aussi sortir avec untel parce qu’il dégage quelque chose qu’on a toujours eu envie d’avoir et faire un enfant pour rafistoler le couple qui bat de l’aile. 

Faire ce genre de choix et les réaliser procure une sorte d’euphorie car l’individu est amené à vivre une nouvelle expérience porteuse de plein d’espoir. Bien souvent cette euphorie retombe car à l’usage cette nouvelle expérience apporte son lot de complications et de déception. De plus le shoot émotionnel que procure cette nouveauté plaisante ne fait effet que quelques temps et le corps et la psyché réclame un nouveau shoot express. 

Sortir du brouillard c’est s’éviter ce genre de montagne russe émotionnelle on ayant la visibilité et la lucidité sur soi même qui permet de poser des choix en connaissance de cause et en accord avec qui nous sommes afin de donner une sérieuse chance à nos choix de nous guider vers une voie pérenne, une voie qui nous emmène au bien-être profond et durable. 

J’ai créé une formation pour vous permettre de connaître en profondeur ce que vous trouvez important dans la vie. Pour vous permettre de devenir conscient de vos propres rêves et désirs, seul moyen pour accéder au bien-être profond. 

Cette formation est un investissement dont vous bénéficierez tout le reste de votre vie car vous découvrirez vos valeurs fondamentales qui sont ancrées au plus profond de vous. Ces valeurs sont les éléments les plus stables de votre personnalité. Elles sont le moteur qui vous fait agir et qui vous donne de l’énergie pour entreprendre. Elles sont le socle de votre confiance en soi. Elles sont vos repères essentiels, ceux qui orientent pour une large part vos actions et votre comportement. 

Après cette formation vous saurez sentir quand vous êtes sur la route qui est faite pour vous, dans la vie qui vous correspond. 

Quand vous vivrez la vie qui vous correspond vous rencontrerez des partenaires, des soutiens, des opportunités d’affaires professionnelles ou privé qui correspondent à vos désirs et à vos besoins.  Vous rencontrerez des personnes et des activités avec lesquelles c’est un plaisir d’entretenir des relations durables. 

Pour apprendre à sortir du brouillard, prenez contact avec moi ICI

Vous pouvez profiter de cette formation en ligne, en groupe ou en séance individuelle,

Lunch chrono avec Béatrix Charlier et la FFCEL

Le LUNCH CHRONO de la FFCEL c’est combiner le networking à une mini conférence et un repas sympa.
J’ai eu le plaisir de pouvoir y participer car mon planning du 04 Avril 2017 me le permettait ! 


Lors de ce lunch chrono, Béatrix Charlier, fondatrice du cabinet conseil P’OP (positivie and optimistc mind) et membre de la FFCEL, nous a dévoilé les résultats d’une grande étude qu’elle a réalisée en collaboration avec le L.I.S.T. (Luxembourg Institute of Science and Technology) avec comme thème, COMMENT PRÉVENIR LE DÉPART PRÉMATURÉ DES JEUNES EMPLOYÉS DANS LE MONDE DE L’ENTREPRISE, et surtout, comment aider à construire l’entreprise de demain, qui répondrait aux attentes de ces jeunes ?

Le but de cette enquête était de répondre aux questions telles que:

  Pourquoi les jeunes quittent-ils leur entreprise ?

Comment créer un univers professionnel qui donne envie de rester sur le long terme, et de s’investir ?

Et surtout, est-ce un phénomène lié à la Génération Y ? 

Et de pouvoir dresser une configuration des attentes, des valeurs de la vision des jeunes en entreprise, tant dans les relations interpersonnelles que dans leur plan de carrière en général.

Cette enquête apportera aux leaders une vision de ce que cette génération Y souhaite et surtout des possibles ponts à créer.

Merci à Béatrix qui a su nous captiver et nous ouvrir les yeux sur les enjeux des nouvelles valeurs qui se répandent en entreprise mais aussi dans toute la société en général ! 

Le bien-être à Gand

Nous avons essayé pour un week-end en amoureux le Sandton Grand Hotel Reylof de Gand. 


A moins de 10 minutes des quais, cette ancienne bâtisse du 18ième siècle plusieurs fois rénovée, est idéalement située pour visiter Gand ! 


Hôtel très propre, personnel très agréable et à l’écoute! 



Chambre un tout petit peu petite mais très agréable et avec tout ce qu’il faut niveau confort! 


L’espace bien être est très accessible grâce à sa plage horaire large. Le brunch est génial. 


La ville de Gand est splendide !


Et pour ceux qui aiment les vieilles pierres, il y a de quoi se faire plaisir !


La vie nocturne y est très sympa également!

Au secours ! Ma santé s’échappe quand je travaille!

De récentes études effectuées par Marc T. Hamilton (2007), Pedersen (2009) et Stephens (2010)  ont apporté un nouvel éclairage sur la relation qui existe entre de longues périodes de sédentarité et des problèmes de santé courants, tels que la prise de poids, le syndrome métabolique et le diabète.

On sait aujourd’hui que la position assise de manière prolongée demande des efforts spécifiques à l’organisme, avec des conséquences néfastes : perturbation des fonctions métaboliques et baisse des défenses immunitaires. Après toute une journée passée assis, même l’exercice physique ne permet pas d’inverser la tendance.

Selon Julian Treasure, président de The Sound Agency, cabinet de conseil basé au Royaume-Uni, il a été démontré que le bruit de fond au sein de l’espace de travail est responsable de l’augmentation des niveaux d’hormones du stress chez les employés, ainsi que l’altération de la mémoire à court terme, de la compréhension à la lecture et du besoin de communiquer avec les autres.


Dans son étude globale sur le bien-être, Gallup a étudié le lien puissant qui existe entre le corps et l’esprit : l’implication . Les chercheurs ont découvert que le manque d’implication est l’un des principaux éléments précurseurs de la dépression et de l’élévation des taux de cholestérol et de triglycérides.

Les facteurs de stress quotidiens peuvent provoquer des émotions négatives chez les individus en les obligeant à être constamment aux aguets. Et cet état de lutte ou de fuite a pour conséquence des taux de cortisol et d’autres hormones du stress, qui finissent par épuiser et endommager l’organisme et affecter l’équilibre psychologique !

Heureusement pour moi, la kinésithérapie psycho-émotionnelle permet justement d’effacer une bonne partie de tout cela!

Et vous? Vous faites comment ?

Quand mon adorable dinosaure a mal au dos…

Quand mon adorable dinosaure commence à avoir mal au dos il pense: « ça passera, c’est rien! » car il est hors de question pour lui qu’une broutille quelconque exprimée par son corps le fasse sortir de sa routine quotidienne bien huilée!
Malheureusement la broutille s’intensifie et le déni n’arrive plus à l’empêcher de souffrir. Du moins, la douleur est telle qu’il n’arrive plus à réaliser les défis qu’il s’est lancé : tondre la pelouse, repeindre la chambre, faire un tour à vélo ! Sans compter à quel point il a l’air vieux quand il essaye de sortir de sa voiture avec ce dos en compote !

Alors Dino râle ! Il est grincheux car il a mal. Mais pas question de se laisser abattre. Dino veut faire ce qu’il a à faire et ce pour quoi il pense qu’il est utile…. à sa famille, ses proches et son patron. Donc le voilà parti à la recherche de la solution idéale ! Le médicament ! Un, deux ou trois antalgiques et quelques anti-inflammatoires plus loin, Dino a toujours mal ! Et il commence à s’inquiéter.

À ce stade Dino n’a qu’un seul sujet de conversation ! « Qu’est ce que j’ai ? Et comment je me suis fait ça? » Alors vient la longue liste de conclusions hâtives ou d’auto diagnostics! Il cherche le comment ! Comment je me suis fait ça! Il cherche aussi la bonne étiquette ! « C’est certain, c’est une sciatique !  » « c’est un nerf qui est coincé, je le sais ! » Bref, Dino a besoin la aussi de contrôler ! Enfin, son mental a besoin de se référer à ce qu’il comprend. Et comme il ne comprends pas tout, il va voir celui qui renouvellera son stock de médicaments et lui fera faire tout un tas d’examens pour « voir » et « être sûr  » de ce qu’il y a.  Alors s’enchaînent une série de traitement mis en place pour lutter contre le symptôme douloureux, sans oublier les longues heures passées à apprendre à fonctionner dans la vie quotidienne en bloquant bien le ventre et la colonne vertébrale pour ne plus se faire mal.

Quelques mois plus tard, mon adorable dinosaure a perdu tout espoir de retrouver sa vie d’avant le syndrome « j’ai mal au dos ». Il se sent vieux, fataliste, inquiet pour l’avenir qu’il sait définitivement douloureux et interdit de bien-être pour le restant de ses jours car à ce moment là, l’étiquette qu’il se donne est USÉ ou FOUTU, au choix!

Et tout ça pourquoi ? Voilà la bonne question ! Toute cette souffrance parce Dino ne cherche qu’à comprendre le COMMENT ? Comment il s’est fait ça? Comment il va faire pour que ça s’arrête ? Comment doit-il bouger son corps pour ne plus sentir le mal?


Il est grand temps de faire muter nos « comment » en « pourquoi »! Ça tombe bien, cela rejoint les grandes valeurs de la génération émergente, les fameux Y qui cherchent du sens partout sinon ils s’ennuient ! Et si c’était eux qui avaient raison !

Si Dino acceptait de se mettre un peu sur le flot de l’air du temps il pourrait très vite retrouver un peu d’espoir. Il passerait par une étape importante qui est « pourquoi la douleur s’exprime dans mon corps ? » Il pourrait ainsi en cherchant des réponses à cette question découvrir que le corps ne fait pas mal à cause d’un simple mouvement ou à cause d’une séance de sport ou d’un surcroît de travail ! Et encore moins à cause de son âge ! En cherchant la réponse à ses questions il apprendrait que la douleur d’aujourd’hui n’est qu’une longue chaîne d’adaptation à tout ce qu’il a vécu depuis sa naissance. Ses émotions, ses peurs, le surmenage musculaire, ses idées noires, son stress qui se sont inscrits dans son corps car c’est son corps qui lui a permis d’y faire face. Son corps s’est complètement réorganisé, contorsionné pour lui permettre de continuer à fonctionner. Jusqu’au jour où les capacités de compensation, de contorsions de son corps sont épuisées!

Et là, Dino pourrait redonner à son corps la possibilité de rester son meilleur partenaire pour la vie.

Après 25 ans de pratique en kinésithérapie psycho-corporelle, je ne peux qu’inviter mon adorable dinosaure qui a mal au dos et qui est résolument décidé à muter en suivant le courant des chercheurs de sens, ceux qui croient aux POURQUOI, à venir faire ce voyage intra-corporel pour délier les noeuds douloureux et retrouver la saine croyance que le corps reste et restera un miracle, un pourvoyeur de bien-être.

Et là, Dino pourrait oublier la fatalité et renouer avec l’enthousiasme et l’espoir.

Et vous? Dinosaure ou chercheur de sens pour améliorer vos douleurs ?

Marquons les buts du bonheur ! 

La recherche de sens est la priorité de beaucoup d’entre nous qui voulons placer le bien-être en bonne place dans notre vie. Alors nous faisons des listes d’objectifs de vie qui nous parlent, qui déclenchent en nous un désir ardent et profond. Nous listons nos buts et nous indiquons à côté pourquoi cela nous fait vibrer. Ensuite nous y pensons le plus souvent possible et nous nous plaçons dans le sentiment que nous les avons déjà atteint. Ceci est la pure expression de la loi d’attraction ! 

Parfait ! Mais est-ce que cela nous rend si heureux que ça? Je ne le crois pas car au fil de ma pratique d’écoute de mes patients je constate que c’est plus souvent générateur de profonde frustration et même parfois angoissant.

L’approche est pourtant juste pour attirer à soi le bonheur et le bien-être. Alors qu’est-ce qui coince ?

Non la vie n’est pas si injuste que ça! Pas plus que ne l’est une bonne mère responsable qui souhaite emmener ses enfants vers plus de maturité ! La vie ne cédera jamais aux caprices de l’immature émotionnel que nous savons être parfois ! Que veut l’immature émotionnel ? Il veut tout de suite qu’on lui donne la seule et unique chose qu’il pense être bonne pour lui, maintenant.

Indépendamment du fait qu’on ne peut pas savoir tout ce qui existe de meilleur pour nous, la vie sait très bien qu’associer ses buts de bonheur à une personne en particulier ou à une communauté bien précise est la porte ouverte à la déception et la frustration ! Laissons le champ ouvert à tous les possibles ! Nos buts doivent répondre à un pourquoi , pas à un comment ni grâce à qui! 


Si j’ai besoin de vivre plus d’amour dans ma vie pour me sentir mieux, je ne place pas mon intention dans « je veux que mon homme fasse ci ou ça » ou dans « je veux être amie avec untel. Je place mon but dans ma volonté de donner plus de sourire, d’attention, de tendresse à tous les gens qui m’entourent déjà ou que je rencontre maintenant. 

Si j’ai besoin de recevoir plus d’argent pour me sentir mieux , je ne place pas mon intention auprès de mon patron pour obtenir une augmentation de salaire ou dans mes clients pour leur faire payer plus. Je place mon but dans ma créativité afin de proposer de nouveaux services ou pour créer un nouveau flux financier, comme commencer à enseigner ce que je maîtrise ou proposer mes services d’une autre manière. 

Si j’ai besoin de me sentir en meilleure forme je ne place pas mon intention d’aller mieux auprès de mon médecin en attendant qu’il me donne la santé. Je place mon but dans une activité physique, des repas équilibrés,  un sommeil de qualité. Je m’efforce de boire beaucoup d’eau et je prends quelques compléments alimentaires. 

Question clé : mes buts dans la vie sont rattachés à qui? À moi-même ou à quelqu’un d’autre ? À quel moment je remets l’obtention de mon bien-être dans les mains de quelqu’un ou de quelque chose d’autre que moi?