L’éco-conduite version bien-être 

Ici, pas question de limiter la puissance moteur et de freiner ses ardeurs pour consommer moins! Bien au contraire! On lâche les freins et on recherche une efficience maximum car la conduite écologique pour le corps humain c’est la pleine puissance de ce que l’on est!

Ce qui coûte cher en énergie pour l’humain c’est le bas régime causé par les peurs, les doutes et l’encrassement du système. Contrairement à une voiture qui consomme plus si on ne sait pas jouer avec les freins, l’être humain s’épuise quand il ne les relâche pas.

Alors si vous souhaitez ménager votre énergie et protéger vos ressources (c’est à dire votre capital santé) je vous invite à lâcher vos freins, à gagner en fluidité.

Comme toujours avec Tendance Winner, je vous propose de considérer ce principe d’éco-conduite du bien-être au niveau physique, émotionnel et mental!

Le premier consommateur d’énergie dans le corps humain c’est le corps physique. Vous savez que plus vous êtes actifs, plus vous brûlez des calories. Ça c’est dans un monde parfait où votre métabolisme est jeune et fringant! Plus le vieillissement se fait sentir plus l’activité physique fatigue le corps et plus chaque mouvement devient compliqué. D’où l’intérêt de se mettre à l’éco-conduite. Pas celle qui invite à s’économiser mais celle qui invite à comprendre pourquoi bouger devient fatiguant pour pouvoir adopter une conduite qui mène loin et en pleine forme!

Le métabolisme primaire permet de faire le tri entre les nutriments ingérés qui donnent au corps une énergie de qualité et les déchets qui doivent être éliminés. Quand on vous parle de la balance énergétique du corps parce que vous souhaitez maigrir ou garder la forme, on vous parle de protides, de glucides et de lipides, parfois de vitamines et des oligo-éléments. Mais rarement on vous parle des déchets. Pourtant les déchets pour le corps humain sont exactement le même fléau que les déchets pour la planète. Vous êtes invités à trier vos poubelles pour protéger la planète mais jamais invités à trier vos déchets pour soulager votre corps. Celui-ci possède un centre de tri efficace mais la plupart du temps complètement débordé! L’humain du 21e siècle possède sans le savoir un système de tri de ses déchets intracorporels en burnout! Le métabolisme débordé cherche à se débarrasser des déchets en les cachant sous les tapis comme le ferait une ménagère peu scrupuleuse. Pour le corps humain, les tapis sont toutes les lames fibreuses de tissu conjonctif qui se trouvent sous la peau, autour des muscles, autour des organes, c’est à dire un peu partout dans le corps.

Les déchets stockés dans l’organisme transforment ces tissus normalement souples et sains en tissus rigides et marécageux car l’eau dont ils sont imprégnés perd sa fluidité et devient une sorte de colle. Ces tissus abîmés sont de vrais freins aux mouvements. Les mobiliser demande de plus en plus d’énergie au corps. L’expression populaire qui dit « qu’on s’encroûte » ne peut pas être plus juste.

L’alimentation déséquilibrée, le sport mal dosé (trop intense ou trop peu), l’absorption de molécules chimiques (médicaments, colorants, transformation industrielle, etc) remplissent le corps de déchets difficiles à évacuer. Mais ce n’est pas tout.

La sphère émotionnelle d’un individu apporte son lot de toxines et d’encrassement. Le stress libére de nombreux déchets dans le corps.

Les tensions émotionnelles pervertissent également la bonne marche du système articulaire et musculaire. Les peurs et les doutes influencent la posture comme le ferait une envie pressante de faire pipi qui ne peut être assouvie. Si cela vous est déjà arrivé vous savez à quel point le corps est crispé et inconfortable dans ce cas là. Et bien quand vous avez au fond de vous une peur inconsciente, un choc passé non digéré ou le besoin constant de vous sentir fort pour supporter un environnement pesant, vos chaînes musculaires se crispent sans que vous en ayez conscience de la même manière que lors d’une envie pressante. Ces crispations sont elles aussi des freins énergivores pour votre corps.

Vous pouvez très bien cumuler en vous des freins d’origine émotionnelle et des freins causés par les déchets du stress, de l’alimentation et des additifs alimentaires que vous consommez. Là vous comprenez pourquoi vous êtes fatigués dès le matin au réveil!

Si en plus vous avez des freins mentaux, c’est à dire que vous croyez que vous êtes incapable de vous créer la vie qui vous fait rêver, que vous avez passé l’âge de vivre des nouveautés ou que vous savez que si vous en faites trop vous ne le supporterez pas, alors en plus du frein, c’est le frein à main que vous avez serré! Pour l’éco-conduite, rouler tous freins serrés, c’est pas brillant!

Bref, la conduite écologique du bien-être c’est tout d’abord éviter le plus possible d’avaler des substances qui finiront immanquablement en déchets polluants dans votre corps.

Ensuite, nettoyer tout ce qui peut l’être! Pour cela il faut mener de front la vidange des émonctoires et la vidange des tissus. Rien de compliqué! On boit de l’eau, beaucoup d’eau tous les jours, on avale des plantes, des herbes aromatiques, des herbes médicinales et des fruits connus pour décrasser les reins, le foie, la peau, les intestins, et les poumons. On s’étire consciencieusement plusieurs fois par semaine. On s’essouffle gentiment en marchant vite ou en trottinant en plein air. Si c’est possible, massage et spa au moins une fois par mois finiront par avoir raison des raideurs, douleurs et autres fatigues.

Ce gain d’énergie permet d’avoir plus de force pour faire le point des relations, des activités et des objets toxiques qui peuplent votre environnement et qui sont des obstacles au bien-être. Les premiers résultats obtenus donnent la motivation nécessaire pour se séparer de tout ce qui encombre son quotidien. On fait du vide dans ses armoires, dans son carnet d’adresse, dans son agenda. Parce que pour reprendre l’analogie avec la voiture, pour ne pas trop consommer d’énergie, mieux vaut éviter de porter des charges inutiles. Porter les victimes chroniques de son entourage sur ses épaules, devoir prendre soin des bibelots de l’arrière grand-mère par excès de loyauté ou accumuler sur son agenda une liste de rappels des rendez-vous de son conjoint ou de ses grands enfants tête en l’air c’est transporter des fardeaux qui ne sont pas à soi.

Le cours d’éco-conduite du bien-être se termine par la mise en place d’une routine d’affirmations positives (voir article), d’une liste de toutes les expériences que l’on souhaite vivre avant de mourir et la rédaction d’un plan d’action pour améliorer son quotidien.

Je vous invite à consulter quelques livres qui vont dans ce sens :

                         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s